Conseil augmenté

Quel avenir pour les Espèces, à l’ère des paiements sans contact ?

30 mai 2018

Face au décollage des paiements alternatifs après 10 ans de phase exploratoire et sous l’impulsion des GAFA et du sans contact (pour les paiements < 30€), se pose la question de la place de la monnaie fiduciaire (« les espèces ») dans le marché de demain.

 

  • Aujourd’hui, le sans contact en France, bien qu’en forte croissance en 2017 (1 md de transactions, 50% des commerçants équipés) ne représente qu’1,6% des transactions pour un panier moyen inférieur à 25€.

 

  • Dans ce contexte de concurrence forte autour des paiements, nous observons néanmoins une croissance constante des espèces qui, en 2017, en Europe ont eu une augmentation de 6% en matière de transaction pour 4% de valeur. Situation paradoxale qui se traduit en France par 68% des transactions en espèces (28% en valeur). Situation plus qu’honorable en comparaison des autres pays européen, mais en dessous des préconisations de la BCE qui prône une réduction drastique des espèces en euros.

Comment expliquer en 2018 ce paradoxe de la croissance continue des espèces

95% des Français sont pour la conservation de ce moyen de paiement (Xerfi 2016)

Nous avons une perception déformée entre les paiements de montants importants peu fréquents et les paiements de petits montants très fréquents.

L’espèce est toujours un moyen de paiement fortement exploité, mais dont l’usage est principalement tourné vers de faibles montants. Faibles montants qui perdureront dans un certain nombre de secteurs :

  • Commerce : les restaurants et bars par exemple représentent 90% des transactions en cash pour 21% de la valeur
  • Tourisme : transport, hébergement, loisirs
  • Famille/Amis : 19% des transactions en espèces pour 8% de la valeur
  • Dons : Croix Rouge, Église, Opération pièces jaunes…
  • Social : versement du RSA et du minimum vieillesse
  • Transfert d’argent : Western Union, Transferwise, Worldremit …

La filière espèce continue donc à croître, en lien notamment avec les comportements & usages des français et plus généralement des européens.

Quels enjeux pour les banques ?

Le fiduciaire est une filière coûteuse (50 Mds d’euros par an en Europe), du fait de plusieurs facteurs :

  • La fabrication et recyclage de l’argent,
  • Une supply chain complexe : Banque de France, Transporteurs de Fonds, Établissements bancaires et points de collecte et de retrait,
  • Un haut niveau de sécurité et de sûreté : informatique/recyclage/automatisation et blindage/vidéos surveillance …
  • Une lutte contre le blanchiment d’argent et le marché noir coûtant tout autant à l’État et à la banque,
  • Une filière nécessitant beaucoup de main d’œuvre spécialisée pour la manipulation et le contrôle.

Dans un contexte de maintien durable des espèces et de recherche permanente de gains de productivité pour les banques, ainsi que de protection contre les fraudes, quels sont les enjeux et leviers pour la filière fiduciaire ?

Nous distinguons 2 enjeux prioritaires :

  • Améliorer l’excellence opérationnelle (ex : rationalisation/externalisation des opérations, amélioration des contrôles comptables, digitalisation de la filière…)
  • Être conforme, maîtriser les risques opérationnels et assurer la sécurité et la sûreté

Complétés de 2 enjeux de développement commercial :

  • Apporter un service à valeur ajoutée pour simplifier la vie des clients (ex : « self-carisation » des commandes avec retrait sur site de son choix)
  • Innover (ex : outil prédictif de commande, virtualisation des cartes de retrait temporaire…)

Quelle est la proposition de valeur de weave ?

Partager une vision claire (enjeux et objectifs Métiers de la cible) et les principaux parcours ‘Client’ et ‘acteurs’ de la chaîne de valeur fiduciaire, ainsi que définir un nouveau « Modèle Opérationnel » pour le fiduciaire.

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités*

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé de gestion des Clients et Prospects (CRM).

Le Responsable de traitement est la société weave, 37 rue du rocher 75008 Paris RCS Paris 802 396 085.

Elles sont destinées à l’activité marketing du groupe weave ainsi quà celle de ses filiales, à l’exclusion de tout transfert hors de l’UE. Elles sont conservées pour une durée conforme aux dispositions légales (par exemple 3 ans pour les données prospects).

Ce traitement nécessite votre consentement que vous pourrez retirer à tout moment sans que cela ne remette en cause sa licéité.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » et au règlement européen n°2016/679, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’effacement, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données ou de limitation du traitement. Vous pouvez également pour des raisons tenant à votre situation particulière, vous opposer au traitement de vos données et donner des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de vos données après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (www.cnil.fr).

Vous pouvez exercer vos droits en nous contactant à l’adresse contact@weave.eu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et des offres personnalisées, ainsi que des fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de cookies et notre charte des données personnelles