Croissance verte

Innover dans l’Agro avec les biocarburants avancés, le bio-contrôle, les drones, les cours en ligne,…

19 mars 2015

OLEOPROTEAGINEUX / Avril – SOFIPROTEOL devient AVRIL

Avril_logo_CMJNSofiprotéol sépare ses activités industrielles et financières en changeant de statut pour gagner en transparence et marque ces changements par un nouveau nom. L’histoire de Sofiprotéol a commencé dans les années 1970 suite à l’embargo américain sur les exportations de soja avec la création d’une filière française réunissant alors exploitants agricoles, pouvoirs publics et industriels et dirigée par Philippe Tillous-Borde, ingénieur agronome, et Jean-Claude Sabin, président de la Fédération des producteurs d’oléagineux.

L’entreprise mise aujourd’hui sur une nouvelle organisation pour accélérer sa croissance. Elle marque ce changement par un nouveau de nom : Avril. Elle a d’ailleurs adopté le statut de société de commandite par action (Sca) séparant le pouvoir de l’actionnaire de celui du gestionnaire. « Nous renforçons la place et le rôle de l’amont, les producteurs de colza, et consolidons en même temps la partie financière de notre groupe, dotée de 330 millions d’euros de fonds propres », souligne Xavier Beulin, membre du conseil d’administration de Avril avec trois autres agriculteurs. Jean-Philippe Puig a été nommé directeur général. « Avril entend contribuer à moderniser l’agriculture et l’industrie agroalimentaire françaises et renforcer sa compétitivité à l’étranger. »

 

BIOETHANOL / Objectifs 2020 – Les biocarburants avancés promus aux dépens des conventionnels

biocarburant-300x204La commission environnement du Parlement européen souhaite que les biocarburants avancés, c’est à dire produits à partir d’algues ou de certains types de déchets, représentent au moins 1,25 % de la consommation énergétique dans les transports d’ici 2020. Et dans le même temps, la majorité des membres de la commission ont maintenu à 6 % de la consommation énergétique finale dans les transports d’ici 2020, la part des biocarburants de première génération (produits à partir de cultures alimentaires).

 

CEREALES / Biocontrôle – Les céréaliers testent le biocontrôle

flying ladybirdsDes algues et des micro-guêpes pour protéger blé et maïs des maladies : le biocontrôle, alternatif aux produits phytosanitaires, commence à apparaître timidement pour les céréales, grandes consommatrices de produits chimiques. Dans le maraîchage ou l’arboriculture, ces méthodes sont déjà largement utilisées : recours à des insectes pour dévorer d’autres ravageurs (coccinelles pour pucerons par exemple) ou à des micro-organismes (bactéries, champignons…) capables de protéger les cultures ou même d’améliorer leur productivité et leur fertilité. Mais pour les céréales et le colza, il existe très peu de produits, alors que ces grandes cultures utilisent 70 % des produits phytosanitaires employés en France. Désormais considéré comme axe stratégique de développement, des acteurs comme Bayer CropScience ou Monsanto investissent massivement dans le biocontrôle.

 

MEUNERIE / Axereal – Axereal et Dijon Céréales regroupent leur activités

farineAxéréal et Dijon Céréales donnent naissance au deuxième groupe meunier sur le marché français en signant un regroupement de leurs activités de meunerie, Axiane et Dijon Céréales Meunerie. Le nouveau groupe meunier produira plus de 430.000 tonnes de farine et comptera 600 collaborateurs. Il exploitera 10 moulins et 6 plateformes de distribution.Axiane, filiale meunerie d’Axéréal, commercialise 320.000 t de farine en GMS et auprès de boulangerie (Banette, etc.). Dijon Céréales meunerie produit pour sa part 110.000 t de farine dans deux moulins.

 

TECHNOLOGIE / Assurances & Drones – Groupama s’associe à Airinov

ebee-carto_ble_colzaGroupama, assureur de toutes les agricultures, s’associe à Airinov, leader du drone en agriculture, pour accompagner le développement des drones, dans la protection du risque et le déploiement de nouveaux services aux agriculteurs. Les services développés par Airinov permettront à Groupama d’optimiser la performance et la qualité des prestations d’assurance comme le suivi au plus près de la situation des cultures, des dégâts subis ou encore le repérage efficace des zones impactées par un événement climatique.

 

AGRO-ECOLOGIE / Formation – Le premier Mooc mondial sur l’agro-écologie est français

logo_agreeniumLa France veut devenir le leader mondial de l’agro-écologie, elle lancera donc à la rentrée prochaine le premier cours massif ouvert en ligne (Mooc) sur le sujet. C’est Agreenium, un consortium français de deux instituts de recherche (le Cirad et l’Inra) et de six organismes d’enseignement qui l’a présenté mardi au Salon de l’agriculture. En grande pompe puisque pas moins de trois ministres devaient assister à la présentation : le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll qui porte le projet agro-écologique, celui de l’Économie Emmanuel Macron et la secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur Geneviève Fioraso.Le cours proposera quatre grands chapitres : l’émergence de l’agro-écologie, les différentes approches, les mises en œuvre (agroforesterie ou l’usage des arbres en agriculture, les cultures associées, l’agriculture de conservation) et une dernière partie de partage d’expériences, détaille Stéphane de Tourdonnet, directeur adjoint de SupAgro Montpellier.

 

VIN / Critique – Robert Parker passe la main

robert-parkerLe célèbre critique américain Robert Parker, devenu un « gourou » du vin grâce à son classement sur la base d’un maximum de 100 points des plus grands vins du monde et qui a largement conditionné le goût d’aujourd’hui des vins de Bordeaux, passe la main, à 67 ans : pour la première fois depuis 1978, il sera absent en mars aux dégustations en primeurs des Bordeaux du millésime 2014, un rendez-vous qu’il n’avait jamais raté depuis 37 ans. Il passe le relais à l’un de ses plus fidèles collaborateurs au sein de la revue Wine advocate, qu’il a fondée puis cédée récemment à des investisseurs basés à Singapour : le Britannique Neal Martin, âgé de 44 ans.

 

SALON DE L’AGRICULTURE – La plus grande ferme de France à Paris

La plus grande ferme de France a confirmé son statut de salon le plus populaire, avec plus de 691 000 visiteurs au total. Que faut-il retenir de ce salon selon l’Express ?

  • François Hollande a évoqué les OGM, estimant que la France devait poursuivre sa recherche publique sur le sujet.
  • Quelques mois après l’ouverture de la “ferme des 1000 vaches”, le modèle de la “ferme-usine” a été discuté. La Confédération paysanne s’inquiète qu’une trentaine de projets soient à l’étude, quand la FNSEA, syndicat agricole majoritaire, plaide pour une agriculture compétitive.
  • Le prix du lait est revenu à l’ordre du jour, à un mois de la fin des quotas laitiers et alors que le prix du lait a déjà baissé ces derniers mois.
  • La banane française, estampillée “plus propre du monde” -comprendre avec beaucoup moins de pesticides que les autres-, a surfé sur la mode du patriotisme économique. Dans un registre similaire, la filière fleurs a lancé le logo “Fleurs de France” pour se distinguer de la concurrence.

> Pour consulter le reportage du journal de 20H sur France 2, cliquer içi

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités*

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé de gestion des Clients et Prospects (CRM).

Le Responsable de traitement est la société weave, 37 rue du rocher 75008 Paris RCS Paris 802 396 085.

Elles sont destinées à l’activité marketing du groupe weave ainsi quà celle de ses filiales, à l’exclusion de tout transfert hors de l’UE. Elles sont conservées pour une durée conforme aux dispositions légales (par exemple 3 ans pour les données prospects).

Ce traitement nécessite votre consentement que vous pourrez retirer à tout moment sans que cela ne remette en cause sa licéité.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » et au règlement européen n°2016/679, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’effacement, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données ou de limitation du traitement. Vous pouvez également pour des raisons tenant à votre situation particulière, vous opposer au traitement de vos données et donner des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de vos données après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (www.cnil.fr).

Vous pouvez exercer vos droits en nous contactant à l’adresse vosdonnees@weave.eu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et des offres personnalisées, ainsi que des fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de cookies et notre charte des données personnelles