innovation
Croissance verte

Projets d’innovation, bière & foie gras, Japon…

4 novembre 2015

L’actualité agro-alimentaire d’octobre en bref

Innovation : 30 projets viennent d’être dévoilés dans le cadre du plan “Agriculture – Innovation 2025”

agriculture innonvanteLe 22 octobre, le Ministère de l’Agriculture a annoncé la mise en œuvre de 30 projets pour booster l’agriculture de demain. Ces projets ont pour but de développer une agriculture innovante et durable à travers de grands axes de progrès fédérateurs :

  • Accélérer les transitions agro-écologique et bio-économique,
  • Stimuler l’innovation ouverte et appuyer les actions de formation,
  • S’orienter vers le numérique et promouvoir l’essor de la robotique,
  • Mobiliser les bio-technologies et soutenir le bio-contrôle.

Plus de 300 acteurs du monde de l’Agriculture et de l’Innovation ont été consultés à travers des ateliers et des entretiens, et ont permis d’aboutir à ces nombreuses pistes pour positionner l’agriculture dans la structuration de l’économie de demain. Favoriser le développement d’un secteur industriel de pointe, en particulier dans le domaine des agroéquipements et de l’e-agriculture, est essentiel pour développer une agriculture compétitive et respectueuse de l’environnement.

Une centaine d’actions est désormais lancée à travers les 30 projets. Elles seront suivies conjointement par le Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la Forêt et le Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche à travers des comités de pilotage réguliers. Une concertation avec le monde agricole sur les grands enjeux de recherche et d’innovation sera assurée lors d’une séance annuelle.

 

Economie : Le Japon devient le premier client du foie gras français

foie gras françaisL’Espagne n’est plus le premier amateur de foie gras français à l’étranger. Avec un bond de 11% de ses importations entre août 2014 et août 2015, le Japon monte sur la première marche du podium.

Porté par la restauration, cet engouement s’explique par une ouverture du marché dans les pays asiatiques, pour lesquels l’importation et la production de produits crus étaient limitées.

Dans un souci de mise aux normes européennes, la filière a investi 100 millions d’euros dans le bien-être des canards. Ainsi, à compter du 1er janvier 2016, 100% des élevages respectera ces normes, notamment grâce au regroupement des canards par 3 ou 4 pendant la période de gavage.

L’export représente un cinquième de la production totale de foie gras. En 2014, les importations de foie gras au Japon ont représenté 28,6% des volumes produits. Le marché du foie gras au Japon représente aujourd’hui plus de deux milliards de yens par an.

 

Economie : De la bière et du Saké au menu du mois !

bieres

Nous évoquions le mois dernier la possible fusion entre 2 mastodontes de la brasserie. C’est désormais chose faite : ce 13 octobre, le brasseur sud-africain SABMiller a accepté l’offre de rachat du numéro un du secteur, AB InBev, pour l’équivalent de 96 milliards d’euros. Si l’alliance des deux groupes brassicoles est validée sur le plan réglementaire, le nouvel ensemble contrôlera le tiers du marché mondial de la bière et la moitié des profits du secteur. Une nouvelle entité combinée (‘NewCo’) verrait alors le jour en Belgique, avec un chiffre d’affaires avoisinant les 67 milliards de dollars.

heinekenCette fusion n’est pas sans impacts sur le marché mondial de la bière. Désormais marginalisés derrière ce nouveau géant de la brasserie, les challengers européens que sont Heineken et Carlsberg (Kronenbourg) pourraient avoir une carte à jouer hors Europe. Effectivement, pour éviter un abus de position dominante, NewCo devra procéder à une cession d’actifs aux Etats-Unis et en Chine, permettant à ses concurrents de se développer sur un nouveau terrain. Ces opportunités leurs seront nécessaires pour rester dans la course : le nouveau groupe va surtout chercher à se positionner sur le marché européen sur lequel il est encore peu présent, et grignoter des parts de marché aux numéros trois et quatre du secteur.

brasseurs japonaisLes brasseurs japonais sont également à l’affût d’un développement international, alors que leur marché national est aujourd’hui saturé. Ainsi, Asahi Group, Kirin ou encore Suntory, qui détiennent plus de 90% du chiffre d’affaires sur leur sol, seraient intéressés par des acquisitions d’activités aux Etats-Unis ou en Chine. L’intérêt pour eux n’est pas tant l’achat d’une nouvelle marque mais plutôt l’achat d’un réseau de distribution qui leur permettrait d’écouler plus facilement leurs bières, tout particulièrement sur le sol nord-américain.

sakéDu côté du saké, les 31 octobre & 1er novembre se déroulait le Salon européen des boissons japonaises à Paris. L’occasion de mettre à la lumière ces fameux breuvages japonais. L’importation de saké en France a augmenté de 66% entre 2012 et 2014, et de plus en plus de cavistes et restaurateurs sont sollicités par leur clientèle qui souhaite découvrir cette boisson. La tendance est également suivie par les chocolatiers avec l’apparition de truffes parfumées au saké. A l’image de la célèbre marque de whisky Nikka qui a su s’imposer auprès des amateurs français, le saké rêve de suivre les traces du whisky japonais sur le sol français.

 

Innovation : Et si le futur c’était maintenant !

Ce mois-ci, nous célébrions l’arrivée dans le futur de Marty McFly (le 21 octobre 2015). Certes, nous n’avons pas encore eu l’occasion de goûter la célèbre pizza lyophilisée de “Retour vers le futur”

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=K-IMqM_J_W8[/youtube]

… mais nous devrions vivre très prochainement le steak né en éprouvette.

Une entreprise baptisée « Mosa Meat » cherche à mettre au point la production de masse du steak issu de cellules-souches. Alors que le premier prototype de ce steak, qui voyait le jour à l’été 2013, avait coûté 250 000 €, l’objectif pour la jeune entreprise est de rendre les prix de ce produit compétitif en améliorant le processus de fabrication.

L’équipe néerlandaise devrait atteindre ses objectifs d’ici 5 ans. Le challenge sera alors de faire tomber la barrière psychologique de ses clients, certainement peu enclins à l’idée de consommer du « Bœuf in vitro ».

Ce « Frankenburger » a de quoi effrayer les papilles de plus d’un en cette période d’Halloween !

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités*

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé de gestion des Clients et Prospects (CRM).

Le Responsable de traitement est la société weave, 37 rue du rocher 75008 Paris RCS Paris 802 396 085.

Elles sont destinées à l’activité marketing du groupe weave ainsi quà celle de ses filiales, à l’exclusion de tout transfert hors de l’UE. Elles sont conservées pour une durée conforme aux dispositions légales (par exemple 3 ans pour les données prospects).

Ce traitement nécessite votre consentement que vous pourrez retirer à tout moment sans que cela ne remette en cause sa licéité.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » et au règlement européen n°2016/679, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’effacement, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données ou de limitation du traitement. Vous pouvez également pour des raisons tenant à votre situation particulière, vous opposer au traitement de vos données et donner des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de vos données après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (www.cnil.fr).

Vous pouvez exercer vos droits en nous contactant à l’adresse vosdonnees@weave.eu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et des offres personnalisées, ainsi que des fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de cookies et notre charte des données personnelles