Croissance bleue

Les micro-algues vont-elles nourrir 9 milliards d’Hommes ?

8 décembre 2016

A l’horizon 2050, la filière agroalimentaire devra faire face à l’augmentation de la demande alimentaire, avec en parallèle des enjeux majeurs de raréfaction des ressources et de dégradation de l’environnement.

Comment réussir à nourrir 9 milliards d’Hommes ?

Les micro-algues, une nouvelle source de protéines végétales

Nutritionnellement parlant, c’est en fait la recherche d’alternative aux protéines animales qui est l’enjeu de demain pour l’industrie agroalimentaire. Aujourd’hui 3 sources de protéines ont été identifiées : les micro-algues, les insectes et les légumineuses. Actuellement, seules les légumineuses sont exploitées à l’échelle industrielle et mondiale.

Avec un taux de croissance plus important que celui des légumineuses ou des insectes, et une composition protéique remarquable, les micro-algues sont sans aucun doute une ressource à haut potentiel pour l’industrie agroalimentaire. Mais force est constater qu’aucun groupe industriel ne s’est encore lancé pour proposer des produits finis consommables.

Le premier enjeu est ainsi de savoir si les micro-algues peuvent devenir un produit consommable et surtout accepté par les consommateurs. Si oui, il s’agira de voir si le secteur est assez mature pour satisfaire la demande d’un point de vue technologique et logistique.

Les micro-algues sont encore absentes de nos assiettes

200 000 à 7 millions, c’est le nombre estimé d’espèces de micro-algues. Dans les faits c’est seulement une dizaine qui est connu du grand public. Parmi les plus connues, la spiruline ou la chlorelle largement consommées comme compléments alimentaires ou encore le klamath pour ses propriétés dopantes.

A ne pas confondre avec les algues, abondamment consommées en Chine et au Japon comme « légumes », les micro-algues se présentent sous la forme de compléments alimentaires (poudres, gélules ou boissons) consommées pour leurs bénéfices nutritionnels et non comme des produits finis en tant que tels.

Le marché des micro-algues pour la consommation alimentaire est donc un marché de niche dont le chiffre d’affaires de la filière en France rapporte environ 425.000 €, soit 7 % du chiffre d’affaire mondial [1].

Une production de masse qui reste encore à prouver

Chaque année 10 000 tonnes sont produites dans le monde, autour de zones littorales dynamiques dotées d’un écosystème marin propice au développement des micro-organismes et un équipement technologique adapté.

Peu de systèmes de culture d’algues à grande échelle aujourd’hui car « l’élevage » des micro-algues se heurtent à de nombreuses complications comme la vulnérabilité des algues aux variations de conditions de culture liées au niveau de lumière, l’oxygénation de l’eau et l’uniformité du sol. La culture des algues s’avère également très énergivore.

Un autre défi est d’allier cette production industrielle et avec les préoccupations environnementales et santé grandissantes du XXIème siècle. Une production de masse soulève indéniablement des problématiques de surfaces disponibles et de conflit d’usages. Si elle nécessite une mobilisation importante d’éléments nutritifs et de CO2 d’une part elle génère des impacts sur les écosystèmes d’autre part qui aujourd’hui doivent être maîtrisés.

Ainsi, la production des micro-algues est détenue aujourd’hui par des industries de hautes technologies qui maîtrisent la culture à grande échelle (Roquette, Klötze etc.). Pour la spiruline, citons les pays exportateurs comme la Chine, l’Inde, les Etats-Unis ou le Japon. Pour la Chlorelle, l’Allemagne et le Japon se partagent le marché.

industrie

En France, le marché des micro-algues profite de la structuration de la filière des algues poussée par la région Bretagne

A la 10e position sur le classement de la production mondiale d’algues, la France concentre la majorité de sa production et de ses industries de transformation en Bretagne. Depuis quelques années, la région Bretagne a lancé plusieurs initiatives, comme le Programme Breizh’Alg pour faire connaître les algues et leurs bienfaits au grand public. L’idée est de sensibiliser en amont la population pour ainsi pousser le développement de cette filière.

En 2015, le secteur des micro-algues se structure véritablement avec la création de l’association France Micro-algue. L’objectif est de « promouvoir les micro-algues auprès du grand public, des financeurs et des institutionnels » pour à termes « faciliter l’accès aux marchés en termes de financement et de réglementation» pour reprendre les termes du Président Philippe Dreno, aussi cofondateur et président d’Algosource.

Parmi ses membres, la startup Algama et l’industriel Roquette ont conduit un projet commun pour l’Expo Milano en 2015. En croisant les connaissances sur le métabolisme des micro-algues avec Algama et l’expertise sur les propriétés technologiques des aliments et l’industrialisation de masse avec Roquette , cette collaboration a contribué à formuler des produits alimentaires avec des ingrédients issus de micro-algues.

L’objectif est de montrer au grand public que les bénéfices nutritionnels des micro-algues sont en phase avec les problématiques santé existantes (régimes particuliers, allergies et intolérances) tout en garantissant des produits savoureux et naturels.

De cette collaboration, Roquette a pu accélérer la mise à disposition de produits alimentaires à base micro-algues. Trois poudres à base de micro-algue de chlorelle ont ainsi été produites sous la marque « Agility » .

De son côté,  ALGAMA annonçait le lancement pour l’année prochaine d’une nouvelle gamme à base de Chlorelle, comme alternative aux sauces à base d’œufs lors d’une conférence au SIAL 2016.

Affaire à suivre donc.

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités*

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé de gestion des Clients et Prospects (CRM).

Le Responsable de traitement est la société weave, 37 rue du rocher 75008 Paris RCS Paris 802 396 085.

Elles sont destinées à l’activité marketing du groupe weave ainsi quà celle de ses filiales, à l’exclusion de tout transfert hors de l’UE. Elles sont conservées pour une durée conforme aux dispositions légales (par exemple 3 ans pour les données prospects).

Ce traitement nécessite votre consentement que vous pourrez retirer à tout moment sans que cela ne remette en cause sa licéité.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » et au règlement européen n°2016/679, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’effacement, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données ou de limitation du traitement. Vous pouvez également pour des raisons tenant à votre situation particulière, vous opposer au traitement de vos données et donner des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de vos données après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (www.cnil.fr).

Vous pouvez exercer vos droits en nous contactant à l’adresse vosdonnees@weave.eu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et des offres personnalisées, ainsi que des fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de cookies et notre charte des données personnelles