Wise city & places

La transition énergétique à l’épreuve de la réalité ?

21 décembre 2017

One Planet Summit, un sommet pour stimuler la transition énergétique

Les journaux se sont saisis avec un enthousiasme sincère du One Planet Summit, qui vient à la suite de la COP 21 de 2015. C’est pour tous l’occasion de produire ou de lire de multiples articles mêlant mises en garde solennelles, convictions, engagements et promesses.

Mais qu’en est-il de la réalité 2018 ?

Un moyen simple pour se forger sa propre opinion consiste à charger sur votre Smartphone l’application gratuite « electricity map » (et qui viendra compléter pour les férus d’énergie que vous êtes l’excellentissime RTE Ecomix).

Avec cette application, vous aurez alors immédiatement accès à une carte représentant en temps réel le système électrique d’une vingtaine de pays (principalement européens). Pour chacun d’eux, vous pourrez connaître :

  • l’intensité carbone de l’électricité,
  • le mix des moyens de production mobilisés,
  • le ratio d’utilisation des capacités installées,
  • et dans certains cas les prix de l’électricité.

A votre tour de jouer

Ici, pas de caméra cachée, pas d’interview de monsieur tout le monde, pas d’expert autoproclamé, pas de musique pour dramatiser le propos, nous ne sommes pas à la télévision : il y a juste vous d’un coté et les données réelles de l’autre.

L’application est simple, la navigation fluide, vous passerez de pays en pays, de modes de production fossile aux renouvelables en passant par les flux d’imports / exports entre pays.

C’est ludique et constitue une alternative plutôt excitante à « candy crush » lors de vos réunions ou vos trajets en transports en commun.

Avant de commencer, rappelons la règle du jeu d’un système électrique

Un système électrique se doit d’être équilibré : à tout instant, la production doit être égale à la consommation. Si ce n’est pas le cas i.e. si par exemple la consommation tend à dépasser la production, dans un premier temps la fréquence du réseau baissera, le temps de mobiliser des moyens de production supplémentaires ou d’effacer les consommations non prioritaires.

Mais si ces mécanismes d’ajustement ne fonctionnent pas, le réseau déclenche ses protections et c’est alors un blackout limité voire généralisé (le système électrique européen s’approche de la vision gaullienne de l’Europe « de l’atlantique à l’Oural »).

La production d’électricité que vous visualiserez sur Electricity Map correspond donc exactement à la consommation dans le pays concerné. Le métier du gestionnaire de réseau est de faire appel aux différents producteurs pour satisfaire ce besoin. Le stockage entre production et consommation d’électricité est aujourd’hui (et demain ?) marginal.

Que constate-t-on, dans les faits ?

Je m’écarte ici de ma ligne de conduite : c’est à vous d’analyser. Mais, bon ! Pour vous donner quelques axes de réflexion, qu’ai-je constaté suite à l’observation des faits en cette fin 2017 :

  • les bons élèves (moins de 100 grammes de CO2 par kWh produit) ont 2 secrets : le nucléaire et l’hydraulique. Ces 2 moyens de production ont 3 avantages, ils sont pilotables (hormis l’hydraulique au fil de l’au du type barrage sur le Rhin), marginalement générateur de gaz à effet de serre et permettent de dégager une quantité d’énergie formidablement élevée

  • les très mauvais élèves (plus de 700g de CO2 par kWh produit) carburent uniquement au fioul ou au charbon

  • un grand nombre de pays très volontaristes tel que l’Allemagne, le Danemark et l’Espagne (qui représentent à eux trois 30% du marché mondial des éoliennes, la Chine étant à 28%) sont dans les faits de mauvais élèves

Le Danemark a très significativement investi dans l’éolien

Malheureusement, lorsque les vents sont insuffisants (et c’est clairement le cas ici, vers 7 heures du matin en pleine pointe de la demande), ce pays doit importer son énergie : quand celle-ci vient de Norvège ou de Suède, elle est hydraulique ou nucléaire donc tout va bien mais quand elle vient d’Allemagne, elle est très carbonée.

L’Allemagne rêve d’éolien et de solaire

Elle rejette le nucléaire mais n’a pas d’autre solution que de s’appuyer sur le charbon : l’augmentation de la production au charbon entre la gauche et la droite du graphique « origin of electricity » montre bien que c’est le charbon qui compense les variations d l’éoline ; notez au passage, la présence sporadique du solaire qui n’étonnera – j’espère – personne.

La Suisse

Malgré son potentiel hydro-électrique et son nucléaire, le pays doit acheter de l’électricité allemande – à base de charbon

En synthèse

Electricty Map nous le montre : l’éolien et le solaire sont surtout intermittentes. Le solaire est sporadique en hiver sur l’Europe, l’éolien varie au gré des vents engendrés par les dépressions (l’énergie produite par une éolienne est proportionnelle au carré de la vitesse du vent, donc quand le vent est faible, même si les éoliennes tournent l’électricité produite est faible).

Le problème des énergies renouvelables existantes (hydraulique de lac mise à part), c’est l’intermittence mais aussi le fait qu’elles ne sont pas pilotables.

Or, les consommateurs que nous sommes exigeons de pouvoir consommer à tout moment de la journée le niveau d’énergie que l’on souhaite, et surtout les soirs de janvier lorsque le soleil est couché et le ciel étoilé (i.e. sans vent).

Gare à ceux qui optent pour l’éolien et le photovoltaïque si leurs alternatives sont carbonées.

 

 

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités*

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé de gestion des Clients et Prospects (CRM).

Le Responsable de traitement est la société weave, 37 rue du rocher 75008 Paris RCS Paris 802 396 085.

Elles sont destinées à l’activité marketing du groupe weave ainsi quà celle de ses filiales, à l’exclusion de tout transfert hors de l’UE. Elles sont conservées pour une durée conforme aux dispositions légales (par exemple 3 ans pour les données prospects).

Ce traitement nécessite votre consentement que vous pourrez retirer à tout moment sans que cela ne remette en cause sa licéité.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » et au règlement européen n°2016/679, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’effacement, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données ou de limitation du traitement. Vous pouvez également pour des raisons tenant à votre situation particulière, vous opposer au traitement de vos données et donner des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de vos données après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (www.cnil.fr).

Vous pouvez exercer vos droits en nous contactant à l’adresse vosdonnees@weave.eu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et des offres personnalisées, ainsi que des fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de cookies et notre charte des données personnelles