Open Banking

“Assur-news” : offre assurance Auto digitale, partage des données et investissements frileux des compagnies d’assurance dans l’innovation

11 mars 2016

Pour cette nouvelle revue de presse, nous nous intéressons aux actualités digitales dans le monde de l’assurance, à travers l’élaboration express d’un tarif d’assurance auto, mais également aux freins rencontrés sur le marché, autant du côté des compagnies d’assurance elles-mêmes, qui peinent à investir largement dans l’innovation, que du côté des assurés qui sont encore peu enclins à partager leurs données.

1. Thélem Assurances innove en proposant un tarif assurance auto à partir de deux photos

En proposant l’application « Tariflash », l’assureur utilise la reconnaissance de document selon un principe simple : à partir de photos de la carte grise du véhicule et du permis de conduire du propriétaire prises grâce à un smartphone, l’assureur exploite les données de date de naissance, code postal, ville, date d’obtention du permis, date de première mise en circulation du véhicule ainsi que son code série et affiche quatre propositions tarifaires correspondant aux différents niveaux de couvertures proposés par Autonéo, l’offre auto lancée par Thélem Assurances début 2016.
Cette application mise en place en partenariat avec la société Jouve permet à l’assureur de répondre d’une part aux besoins des utilisateurs de smartphones et de simplifier leurs démarches d’autre part.

Thélem Assurances rejoint ainsi Allianz et Axa, qui proposent déjà des tarifs express, tout en jouant la carte de la rupture et de l’innovation. Pour Daniel Anthony, le directeur général de la compagnie d’assurance, “« Sur un marché en mutation rapide, l’innovation constitue un levier-clé d’acquisition et de fidélisation des assurés. Nous espérons aussi que l’application contribuera à une meilleure connaissance de notre marque auprès du public ».

www.assurbanque20.fr www.argusdelassurance.com

2. Les automobilistes européens réticents à fournir leur données pour les voitures connectées

Le Mobile Word Congress qui s’est tenu à Barcelone du 23 février au 2 mars dernier a replacé la voiture connectée au cœur des préoccupations digitales alors que le site Automotive World estime que 2025 pourrait être l’année où les voitures entièrement automatiques commenceront à circuler sur les routes.

Quelle est cependant la réponse du marché des automobilistes face à ces innovations?
Une enquête publique de l’Automobile Club Association met en lumière le fossé qu’il y a entre les données qu’une voiture connectée est capable de collecter et la volonté des utilisateurs à partager leurs informations.
Si 76% des automobilistes interrogés dans le cadre de cette étude, menée dans 12 pays européens, sont intéressés par la voiture connectée, 18% ont l’intention d’en faire l’acquisition et 6% en possèdent déjà une. Cependant, une grande majorité s’accorde sur l’importance de contrôler non seulement leurs datas mais les fournisseurs avec qu’ils souhaitent les partager.
95% des interrogés estiment en effet qu’un cadre légal est nécessaire pour protéger leurs droits et les données collectées par les véhicules, et leurs craintes portent principalement sur la divulgation de ces données personnelles, ou encore leur utilisation commerciale.
Seul un niveau de régulation et de transparence quant à l’utilisation faite de leurs données permettra aux automobilistes d’accorder leur confiance et de transmettre leurs données personnelles.

www.argusdelassurance.com

3. Faible investissement des assurances dans l’innovation et nouveaux entrants sur le marché

Les résultats d’une étude exclusive de KPMG reprise dans l’Argus de l’Assurance révèlent que moins de la moitié des compagnies d’assurance ont aujourd’hui une stratégie existante axée sur l’innovation, et que seulement 39% d’entres-elles disposent d’un budget dédié.
Mais les compagnies d’assurance ne boudent pas pour autant l’innovation puisque 44% des répondants à l’étude affirment que l’innovation est au cœur des discussions de leurs comités de décision et sera prochainement un chantier opérationnel. Les freins identifiés aujourd’hui reposent sur la poursuite de la stratégie qui n’inclut pas encore de chantier innovation (79%), le manque de ressources internes disposant des compétences adaptées (74%) mais également le manque d’investissement (71%) dû notamment au budget conséquent dédié à la mise en conformité aux normes réglementaires telles que la loi Eckert ou encore Ficovie.

Les compagnies d’assurance sont cependant au fait de l’évolution du marché et de l’arrivée de nouveaux acteurs connexes au secteur assurantiel et proposant un modèle disruptif. Face à cette observation, John Meyer, directeur indemnisation de Metlife annonce : « si quelqu’un doit disrupter notre industrie, autant que ce soit nous ! »
Parmi ces nouveaux acteurs, sur le marché américain, la start-up New-Yorkaise Oscar née en 2013 fait reposer l’assurance sur le numérique. Celle qui a levé 728 millions de dollars auprès d’investisseurs réputés depuis sa création (tels que Goldman Sachs, Google Ventures, Google Capital…) propose des offres claires et simples, articulées autour du téléconseil ou encore la téléconsultation médicale et fait entrer les objets connectés dans ses offres, basculant ainsi vers un système de prévention.

Ces services liés à la prévention du risque présentent pour les assureurs un axe de différenciation face à la concurrence sur les produits classiques d’assurance.

www.argusdelassurance.com , www.journaldunet.com

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités*

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé de gestion des Clients et Prospects (CRM).

Le Responsable de traitement est la société weave, 37 rue du rocher 75008 Paris RCS Paris 802 396 085.

Elles sont destinées à l’activité marketing du groupe weave ainsi quà celle de ses filiales, à l’exclusion de tout transfert hors de l’UE. Elles sont conservées pour une durée conforme aux dispositions légales (par exemple 3 ans pour les données prospects).

Ce traitement nécessite votre consentement que vous pourrez retirer à tout moment sans que cela ne remette en cause sa licéité.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » et au règlement européen n°2016/679, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’effacement, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données ou de limitation du traitement. Vous pouvez également pour des raisons tenant à votre situation particulière, vous opposer au traitement de vos données et donner des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de vos données après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (www.cnil.fr).

Vous pouvez exercer vos droits en nous contactant à l’adresse vosdonnees@weave.eu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et des offres personnalisées, ainsi que des fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de cookies et notre charte des données personnelles