Open Banking

Actu : quelques aperçus de la Banque de demain

21 janvier 2015

1. Vouch, ou comment le prêt redevient « personnel ».

Entre finance participative et nouveaux moyens d’évaluation du risque de défaut, Vouch, jeune pousse américaine, a imaginé l’introduction d’une touche « humaine » dans ses processus afin d’en garantir l’efficacité.

En effet, la proposition de valeur de Vouch est une promesse de taux d’intérêt d’autant plus avantageux que le demandeur saura mobiliser la confiance de sa famille et de ses amis.

Le fonctionnement du dispositif est simple : une fois l’éligibilité du client établie via un questionnaire en ligne ou dans l’app mobile, celui-ci reçoit une première offre de prêt basée sur des critères classiques. Il peut ensuite inviter son réseau de connaissances à apporter une caution – morale et/ou financière – à sa demande. Chaque « garant » confirmé fera progressivement baisser le taux de l’emprunt proposé.

Il s’agit finalement d’une sorte de retour aux sources pour le crédit « personnel », rappelant l’époque lointaine où le banquier préparait son offre à partir de sa connaissance (intime) de son client. Restent posées toutefois les craintes en matière d’intrusion dans la vie privée …

Source : C’est pas mon idée

 

2. Les prémices d’une “banque-à-porter” utile.

A la différence des premières applications bancaires pour montre intelligente (smartwatch), limitées à une transposition de services web ou mobiles déjà existants, Moven semble disposer d’une idée plus précise de l’utilité que pourrait avoir une solution de ce genre.

L’originalité de la banque réside en effet dans sa capacité à délivrer en temps réel et pour chaque dépense, une alerte sur la montre. Celle-ci affiche alors instantanément les détails de l’achat qui vient d’être effectué, ainsi qu’une jauge colorée évaluant le total des dépenses enregistrées dans la même catégorie par rapport à la moyenne constatée par le passé.

Pour aller plus loin, pourquoi ne pas envisager des services contextuels plus riches, capables de délivrer des conseils et des recommandations issus des actions et de l’environnement de l’individu ? Cette perspective est bien celle qui anime Moven, qui ambitionne de fournir à ses clients des solutions de « bien-être financier », au même titre que d’autres accessoires connectés se chargent de surveiller santé et forme physique.

Source : C’est pas mon idée

 

3. Le Crédit Agricole se lance dans l’aventure Big Data.

L’adoption récente d’un système d’information commun aux 39 caisses régionales du Crédit Agricole permet au groupe mutualiste d’innover à grands pas dans la relation avec ses clients.

L’établissement s’apprête ainsi à déployer sur ses conseillers un logiciel informatique permettant une utilisation poussée et sophistiquée du CRM, dans le sillon du Big Data. Celui-ci aura pour but de formuler des propositions commerciales pertinentes sur la base des nombreuses données dont la banque dispose sur ses clients.

Le projet, actuellement en test dans les caisses régionales d’Ile-de-France, du nord-est et du nord de la France, devrait être généralisé en 2015.

Si le Crédit Agricole fait figure de pionnier en matière d’exploitation des données clients, les autres banques françaises amorcent le mouvement. BNP Paribas indique être « en réflexion » sur le sujet, tout comme La Banque Postale, qui confirme avoir des projets en cours. Banque Populaire prévoit également de mettre à la disposition de ses conseillers une application sur tablette « permettant une structuration de l’entretien à partir des données client ».

Reste la question du respect de la vie privée. Les clients vont-ils apprécier ce service, certes plus adapté à leurs besoins, mais qui met en œuvre des moyens (tels que le tracking) consistant à exploiter leurs données personnelles ? Le Crédit Agricole dit pour sa part prendre garde  à ne pas être « intrusif ».

Source : Les Echos

 

4. La portabilité du numéro de compte bancaire déconseillée en France.

Rendre les numéros de comptes bancaires en France aussi portables que les numéros de téléphones n’est pas conseillé selon un rapport remis le 23 décembre au gouvernement par Inès-Claire Mercereau, conseiller référendaire à la Cour des Comptes et ancienne PDG de Boursorama.

En effet, selon une étude de l’UFC Que Choisir parue début décembre, “seuls 3% des clients changent de banque chaque année, soit trois fois moins que la moyenne européenne”. Le rapport remis par l’ancienne patronne de Boursorama souligne ainsi que la redirection automatique des opérations, à l’instar de ce qui existe aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne, “a un coût important pour un bénéfice limité en termes de mobilité bancaire”.

Michel Sapin et Carole Delga, secrétaire d’Etat chargée de la Consommation, ont saisi le Comité Consultatif du Secteur Financier (CCSF) afin que d’autres propositions en matière de mobilité bancaire leur soient faites d’ici le 15 mars.

Source : La Tribune

 

5. Hello Bank! au rendez-vous de ses objectifs.

BNP Paribas a annoncé le 10 décembre avoir recruté 800.000 clients pour sa filiale en ligne Hello Bank! lancée en mai 2013 dans quatre pays européens, et être ainsi en phase avec son objectif de 1,7 million de clients pour 2017.

La banque française, qui a quadruplé sa clientèle en un an, enregistre notamment une percée en Allemagne où elle récupère les clients de Cortal Consors qui a intégré la nouvelle structure en ligne française.

En France, Hello Bank! a conquis 101.000 clients, mais reste loin derrière ING Direct (1.000.000 de clients) et Boursorama qui vise 600.000 comptes cette année.

Source : La Tribune

 

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités*

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé de gestion des Clients et Prospects (CRM).

Le Responsable de traitement est la société weave, 37 rue du rocher 75008 Paris RCS Paris 802 396 085.

Elles sont destinées à l’activité marketing du groupe weave ainsi quà celle de ses filiales, à l’exclusion de tout transfert hors de l’UE. Elles sont conservées pour une durée conforme aux dispositions légales (par exemple 3 ans pour les données prospects).

Ce traitement nécessite votre consentement que vous pourrez retirer à tout moment sans que cela ne remette en cause sa licéité.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » et au règlement européen n°2016/679, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’effacement, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données ou de limitation du traitement. Vous pouvez également pour des raisons tenant à votre situation particulière, vous opposer au traitement de vos données et donner des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de vos données après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (www.cnil.fr).

Vous pouvez exercer vos droits en nous contactant à l’adresse vosdonnees@weave.eu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et des offres personnalisées, ainsi que des fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de cookies et notre charte des données personnelles