blockchain
Data driven

Crise de croissance : la Blockchain face à ses premières contradiction

21 octobre 2016

La révolution Blockchain est en marche mais face à sa notoriété croissante et aux enjeux financiers qui y sont liés, la Blockchain doit affronter ses premiers démons.

La contrôle décentralisé : plus on est nombreux, plus c’est sûr ! Vraiment ?

Première défense mise à mal, la sécurité. Pourtant par construction la Blockchain notamment utilisée pour les Bitcoins, c’est hyper sûr. En effet, l’un des principes fondamentaux c’est l’organisation décentralisée : le pouvoir n’est, en théorie détenu, ni par une seule personne ni par un groupe de personnes.  Ainsi la Blockchain Bitcoin est contrôlée par l’ensemble des mineurs – ordinateurs distincts validant les blocs en mettant leur puissance de calcul à la disposition du réseau contre rémunération. Et plus il y a de personnes et de puissance de calcul dans le réseau, plus le réseau est censé être résistant aux attaques et notamment à la fameuse attaque des 51% (si je contrôle 51% de la puissance de calcul, je peux manipuler la Blockchain).

Malheureusement, plus la puissance de calcul augmente sur le réseau, et plus la probabilité pour un particulier de valider un bloc et donc d’être rémunéré s’effondre. Les particuliers se sont donc regroupés en groupe de mineurs : les mining pools. Un mining pool est une entité qui cumule la puissance de calcul des individus et l’utilise pour miner puis redistribue les gains moyennant une commission. Devant l’efficacité du dispositif, les pools se sont multipliés puis se  sont concentrés au point qu’aujourd’hui une poignée de gros pools aient le quasi-monopole de l’extraction du bitcoin. Ainsi, il suffirait que quelques uns s’entendent et ils pourraient réussir une attaque des 51% et prendre le contrôle de la Blockchain Bitcoin… Alors pervertie le principe de gouvernance décentralisée ? Et si le remède était le passage de la POW (Proof Of Work – preuve de travail) à la POS (Proof Of Stake – Preuve d’enjeu)

The Code is the law ? Non la majorité est la loi !

2ème crise de croissance avec la 2ème Blockchain la plus connue : Ethéreum qui a vécu une grave crise de conscience cet été. En effet suite à une exploitation d’une faille dans le codage du fond d’investissement phare (TheDAO) adossé à Ethereum, un « pirate » a récupéré 3,6 millions d’ethers (près de 150M€ à l’époque) sur les 11,6M que possédait le fond. 2 visions se sont opposées pendant l’été :

-respecter le principe phare de la Blockchain « the code is the law » et ne rien faire en prétextant que le pirate n’en est pas un mais juste un bon codeur qui a su tourner à son avantage le code en toute légalité. Cette vision « puriste » était par ailleurs appuyée par le fait que la faille ne venait pas de la Blockchain en elle-même mais de TheDAO

-Faire accepter à plus de 51% des mineurs une « hard fork » où la transaction serait annulée et l’argent restitué aux investisseurs d’origine. C’est cette version qui l’a emporté auprès des mineurs ; laissant néanmoins vivre une version alternative moins puissante « Ethereum Classic »

 

Sources :

https://www.cryptocoinsnews.com/ethereum-reaches-unanimous-agreement-hardfork/

https://www.ethereum-france.com/le-hard-fork-the-dao-aura-bien-lieu-mode-demploi/

http://bitconseil.fr/thedao-hack-etat-lieux-perspectives/

https://cointelegraph.com/news/the-inevitable-failure-of-proof-of-stake-blockchains-and-why-a-new-algorithm-is-needed

Images :

https://4.bp.blogspot.com/-WGtmxaNsF3Y/Vc1guaQOH8I/AAAAAAAABUA/KWmAkU0ipWw/s640/51-percent-Attack-as-Bitcoins-Biggest-Threat.png

http://bitconseil.fr/wp-content/uploads/2016/06/system-failure-1000×424.jpghttp://toutlecine.challenges.fr/film/0035/00351347-photos-les-dix-commandements.html

http://www.bitcoinvox.com/images/files/Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202015-05-24%20a%CC%80%2023_18_05.png

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités*

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé de gestion des Clients et Prospects (CRM).

Le Responsable de traitement est la société weave, 37 rue du rocher 75008 Paris RCS Paris 802 396 085.

Elles sont destinées à l’activité marketing du groupe weave ainsi quà celle de ses filiales, à l’exclusion de tout transfert hors de l’UE. Elles sont conservées pour une durée conforme aux dispositions légales (par exemple 3 ans pour les données prospects).

Ce traitement nécessite votre consentement que vous pourrez retirer à tout moment sans que cela ne remette en cause sa licéité.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » et au règlement européen n°2016/679, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’effacement, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données ou de limitation du traitement. Vous pouvez également pour des raisons tenant à votre situation particulière, vous opposer au traitement de vos données et donner des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de vos données après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (www.cnil.fr).

Vous pouvez exercer vos droits en nous contactant à l’adresse vosdonnees@weave.eu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et des offres personnalisées, ainsi que des fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de cookies et notre charte des données personnelles