Industrie 4.0

Les énergies renouvelables sont-elles viables seules ?

20 février 2018

Depuis une dizaine d’année, la France cherche à développer les énergies renouvelables. L’accélération est nette depuis 5 ans avec pour objectif d’augmenter d’ici 2020 de 20% la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique du pays. Le système électrique est au cœur de cette volonté politique.

Pour rappel, l’électricité française est aujourd’hui principalement produite par le parc nucléaire et hydraulique, qui constituent des énergies à la fois compétitives et marginalement émettrices de gaz à effet de serre.

 

variation-consommation-electrique-franceGrace à ce mix, la France se positionne sans contestation dans le trio de tête européen au côté de la Norvège et de la Suède, pour la teneur en GES de son électricité et surclasse de très loin des pays militant et volontaristes tels que l’Allemagne, la Suisse ou le Danemark.

Si la légitimité du parc hydraulique n’est pas contestée, il n’en n’est pas de même du parc nucléaire français :

  • Au crédit de cette énergie pourtant, 2 qualités indéniables : c’est une énergie bon marché (les investissements initiaux de construction des centrales nucléaires étant amortis) et qui plus est pilotable : le parc nucléaire français est flexible et sait opérer en « suivi de charge », c’est-à-dire réguler la puissance produite en fonction des variations de la demande.
  • Au débit du nucléaire, deux risques répétés avec force par des opposants très déterminés : les risques d’accidents en centrales (du type des catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima) et les risques liés au stockage des déchets nucléaires sur de longues périodes.
  • Face à ces attaques, la filière nucléaire investit plus de 50 milliards d’euros sur 2014 – 2025 pour à la fois augmenter le niveau de sûreté des réacteurs français et prolonger leurs durées de fonctionnement de 30 à 40 ans (ce qui reste en deçà des durées de vie des centrales américaines).

Les énergies renouvelables (comprendre éolien et photovoltaïque) tirent parti de ce désamour du nucléaire et des décisions gouvernementales pour accélérer leurs développements.

  • Ces énergies ont pour elles une image positive verte (avec des opposants bien moins déterminés que les opposants au nucléaire) et des tarifs avancés comme étant désormais compétitifs.
  • En réalité, les énergies éoliennes et photovoltaïques sont avant tout des énergies intermittentes qui ne peuvent répondre seules aux variations de la demande d’électricité. La quantité et le moment de disponibilité de ces énergies sont à la fois imprévisibles et subis comme l’illustre le graphique suivant cumulant les puissances injectées heure par heure sur l’année 2012 ; notons non seulement que les 75 000 MW de puissance installée ne sont jamais atteints mais également que la puissance fournie est tout sauf constante, mettant ainsi à mal la promesse de foisonnement des différents parcs éoliens. (Le même type de démonstration est également applicable pour le photovoltaïque)

variation-consommation-electrique-france

Les énergies éoliennes et photovoltaïques ne peuvent donc répondre seules à nos attentes vis-à-vis du système électrique : disposer à tout moment de la puissance nécessaire ; durant les glaciales soirées d’hiver sans soleil et sans vent, il faut pouvoir compter :

  • Soit sur une énergie alternative (de préférence non génératrice de gaz à effet de serre)
  • Soit sur une capacité de stockage pouvant restituer l’énergie accumulée.

Le problème actuel n’est pas tant de produire de l’énergie renouvelable mais plutôt de pouvoir la stocker efficacement (en termes de rendement et d’économie) afin de pouvoir en disposer quand on en a besoin.

Aussi longtemps que le problème du stockage ne sera pas résolu, le nucléaire et l’hydraulique apparaissent bien comme les 2 seules alternatives pertinentes en tant que complément décarboné et pilotable à des énergies renouvelables intermittentes.

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités*

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé de gestion des Clients et Prospects (CRM).

Le Responsable de traitement est la société weave, 37 rue du rocher 75008 Paris RCS Paris 802 396 085.

Elles sont destinées à l’activité marketing du groupe weave ainsi quà celle de ses filiales, à l’exclusion de tout transfert hors de l’UE. Elles sont conservées pour une durée conforme aux dispositions légales (par exemple 3 ans pour les données prospects).

Ce traitement nécessite votre consentement que vous pourrez retirer à tout moment sans que cela ne remette en cause sa licéité.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » et au règlement européen n°2016/679, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’effacement, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données ou de limitation du traitement. Vous pouvez également pour des raisons tenant à votre situation particulière, vous opposer au traitement de vos données et donner des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de vos données après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (www.cnil.fr).

Vous pouvez exercer vos droits en nous contactant à l’adresse vosdonnees@weave.eu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et des offres personnalisées, ainsi que des fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de cookies et notre charte des données personnelles