weave s’engage
sur une nouvelle voie

Découvrir weave en vidéo
Actualités
Source Agra presse
Le 12.12.2018
Back

À Toulouse, la première journée du Fira « hackée » par des anti-robots

«Microsoft au compost», «des paysans, des animaux, pas des robots». La première journée du Forum international de la robotique agricole (Fira) qui se tenait à Toulouse le 11 décembre a été interrompue pendant une heure en début d’après-midi par un groupe d’une quinzaine de manifestants opposés aux robots en agriculture. Après avoir déployé plusieurs banderoles, ces derniers, dont plusieurs ont indiqué être agriculteurs, ont distribué un tract, estimant notamment que les robots «aggravent la situation économique des agriculteurs» et favorisent «le saccage des milieux naturels» via l’utilisation des métaux rares. Après que les organisateurs leurs ont donné la parole, les manifestants ont finalement accepté de quitter l’amphithéâtre du centre des congrès Diagora où se tenait l’événement.

Back

PPA: Pékin veut exclure la production porcine des «zones habitées par des sangliers»

Selon l'agence Reuters, le ministère de l'agriculture chinois a annoncé le 11 décembre qu'il «interdira la production porcine dans les zones habitées par des sangliers sauvages» pour lutter contre l'expansion de la peste africaine porcine (PPA) dans le pays. La définition de ces «zones» n'est pas précisée. Selon la FAO, les sangliers sont largement répandus dans le pays, à l'exception de quelques régions, comme le Xinjiang ou le Tibet (ouest). Le ministère met en avant qu'une nouvelle souche du virus, différente de celle circulant parmi les porcs, a été trouvée parmi les sangliers. Les premiers cas chinois de PPA sur des sangliers ont été signalés mi-novembre. Depuis le 1er cas de PPA en Chine, en août, 600 000 porcs ont été abattus, et la majorité des provinces du pays sont touchées.

Back

Le Sénat déplafonne l'usage d’éthanol de résidus agro-industriels

Le gouvernement a déplafonne l'usage d’éthanol de résidus de sucreries et d’amidonneries, dans un amendement qu’il a déposé le 10 décembre au Sénat. Cet éthanol de seconde génération sera hors plafond d’incorporation de 7% dans l’essence, plafond est réservé à l’éthanol de première génération. L’amendement du gouvernement a été novateur par cette reconnaissance de l’éthanol de résidus comme étant de seconde génération, mais il en a limité à 0,2 % le taux d’incorporation pour 2019. Dès lors, le Sénat a rejeté cet amendement, estimant que si le principe de cette ouverture est un bon signal, le taux proposé par le gouvernement est trop faible pour accompagner la dynamique de croissance de l’éthanol.

Back

Des surfaces en berne pour le colza et le blé dur (ministère de l’Agriculture)

Les semis d’hiver montrent une baisse marquée de la sole de colza et de blé dur, partiellement compensée par le blé tendre et l’orge en hausse, a indiqué le 11 décembre le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste). «Les surfaces de blé dur seraient en fort recul à 308 000 ha (-11,1 % sur un an, -8,4 % par rapport à 2014-18)», retrouvant le bas niveau de 2015, selon une note. En cause, la très mauvaise récolte de 2018 dans le sud et des prix bas, selon Agreste. «La sole de colza d’hiver baisserait de 23,6% sur un an et de 18,8% par rapport à la moyenne 2014-18 pour s'établir à 1,228 M ha», au plus bas depuis 2005. Agreste pointe la sécheresse qui a touché les régions productrices, empêchant les semis ou gênant les levées.

Back

Sortie moins abrupte que prévu pour les sortants des ZDS (ministère)

Dans un communiqué de presse du 11 décembre, le ministère de l’Agriculture déclare qu’il engage la procédure d’adoption définitive de la nouvelle carte des zones défavorisées simples (ZDS). Et la sortie sera loin brutale qu’initialement prévu. «La France […] retiendra pour les agriculteurs sortant du zonage le montant d’indemnité le plus élevé possible, soit 80% de la nouvelle référence en 2019, et 40% de cette référence en 2020», indique Didier Guillaume, au lieu d'un taux de 20% initialement annoncé pour 2020. Autre assurance pour les nouveaux installés: «Les jeunes agriculteurs déjà installés dans les communes sortantes conserveront le bénéfice de la majoration de la Dotation jeune agriculteur (DJA) qui leur a été attribuée», assure le ministère.

Back

Betterave : la CGB prône une contractualisation «plus réactive» au marché

La CGB (betteraviers) a demandé le 11 décembre une contractualisation «plus réactive» au marché, qui s'appuierait sur la création d’organisations de producteurs. «Nous voulons être les champions du monde de la réactivité au marché», a lancé le président Eric Lainé, prônant des indicateurs pour bâtir des contrats «plus justes». Aujourd’hui, certains contrats ne définissent ni prix, ni règle de partage de la valeur entre planteur et fabricant, selon la CGB. Les commissions de répartition de la valeur constituent un cadre «totalement inopérant» quand le sucrier veut imposer ses conditions. D’où une demande aux pouvoirs publics de pouvoir créer des organisations de producteurs, qui redonneraient à ceux-ci du pouvoir de négociation.

Back

Les besoins de l’industrie de la pomme de terre restent soutenus

Les besoins de l’industrie française de la pomme de terre restent soutenus, malgré le recours aux importations de produits finis, a montré le Groupement interprofessionnel pour la valorisation de la pomme de terre (GIPT) à son assemblée générale le 10 décembre. La production de frites, chips, pommes de terre déshydratées est passée de 558 000 tonnes en 2011/12 à 590 000 en 2016/17, mais cela n’empêche pas le déficit commercial de se creuser en valeur : 331 M€ en 2016/17, puis 342 M€ en 2017/18. Quant aux usines de fécule, elles absorbent de plus en plus de pomme de terre (197 000 tonnes en 2014/15, puis 233 000 tonnes en 2017/18), et pourtant les importations de fécule sont passées de 24 000 tonnes en 2014 à 27 000 en 2017.

Back

Michel Prugue ne briguera pas un second mandat à la tête de Coop de France

En amont du congrès de Coop de France le 20 décembre qui verra se renouveler son conseil d'administration, l'actuel président Michel Prugue a annoncé, lors d'une conférence de presse le 11 décembre, qu'il ne briguera pas un second mandat de trois ans à la présidence de la fédération. «C'est une activité très prenante, assez difficile à concilier avec la présidence d'un groupe», a expliqué celui qui est par ailleurs président du groupe coopératif Maïsadour. Michel Prugue a rappelé les chantiers entamés par son équipe: l'intégration des fédérations de filières (ex. la FNCL devenue Coop de France Metiers du lait), la régionalisation du réseau (intégration au conseil d'administration et au bureau) et l'amélioration de la visibilité du monde coopératif.

Back

Euralis replonge dans le rouge avec un résultat net de -26 M€

Le groupe coopératif Euralis a présenté le 10 décembre un exercice déficitaire, affecté par la grippe aviaire et un recul de marques de distributeurs. Sur 2017-18, le résultat net chute à -26 M€ (contre +1,7 M€ en 2016-17 et -6 M€ en 2015-16), «impacté par le plan de transformation du pôle alimentaire», selon un communiqué. «Euralis conforte la croissance rentable de ses activités stratégiques», indique toutefois le groupe: leur chiffre d’affaires est à +3,5 %, soutenu par le pôle semences (ventes en hausse de 9%) qui gagne du terrain en Ukraine et Russie, et les marques alimentaires Stalaven (+3 %) et Qualité Traiteur (+2 %). L’ebitda, «supérieur à l’objectif», atteint 51 M€.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et des offres personnalisées, ainsi que des fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de cookies et notre charte des données personnelles