hyperloop
Industrie 4.0

L’ÉMERGENCE D’UN MODE DE TRANSPORT FUTURISTE: L’ACTUALITE INDUSTRIELLE EN BREF

31 juillet 2017

QUAND LE FUTUR DEVIENT RÉALITÉ : LE MONDE A PORTÉE DE QUELQUES MINUTES AVEC L’HYPERLOOP 

Et s’il suffisait de seulement 30 minutes pour relier Paris et Amsterdam, ou encore 55 minutes pour faire Melbourne – Sydney ? Impossible me direz-vous…mais pour combien de temps encore…

Un mode de transport révolutionnaire est peut-être en train de voir le jour dans le Nevada. Baptisé Hyperloop, ce concept vise à propulser dans un tube sous vide des capsules en lévitation magnétique afin d’atteindre une vitesse de 1200 km/h ! Après Tesla et SpaceX, Elon Musk est encore à l’origine de cet ambitieux projet, pour lequel aucun brevet n’a été déposé.

Reposant sur un développement collaboratif en open source, plusieurs sociétés travaillent sur cette technologie du futur. Dans cette course, la start-up Hyperloop One vient de réaliser une avancée significative avec la réussite du premier véritable essai grandeur nature. Sur près de 500m, la capsule test s’est élevé au-dessus des rails et a atteint la vitesse de 112km/h. Soutenu notamment par General Electric et la SNCF, la jeune entreprise a pu tester moteur, pompe à vide, sustentation et frein magnétiques, sur un parcours situé une demi-heure de Las Vegas. Les prochains tests auront pour objectif d’atteindre la vitesse de 400km/h.

Capable de concurrencer l’avion par sa grande vitesse, mais sans aucune nuisance sonore, ce nouveau moyen de transport nécessite la construction d’un réseau d’infrastructures, totalement inexistantes à ce jour. La mise en place d’un tel réseau, notamment dans des zones déjà très urbanisées constitue un autre défi auquel ces entreprises visionnaires devront relever une fois la technologie mise au point.

 

L’INDUSTRIE EN BREF

Aéronautique & Défense

Dassault Systèmes signe un contrat historique avec l’avionneur américain Boeing, dont l’objet est la modélisation de toute la chaine de valeur, de la conception au service après-vente, pour les appareils commerciaux, militaires, mais aussi spatiaux. Ce contrat « long-terme » dont le montant ni la durée n’ont été communiqués, concerne la plateforme 3D Expérience. L’objectif de Boeing est d’améliorer la productivité en standardisant les méthodes de travail et généraliser l’usage du numérique.

OneWeb inaugure à Toulouse la première chaine d’assemblage de sa constellation de satellites. Les 10 premiers satellites test qui y seront produits serviront à tester et valider les méthodes et processus de fabrication qui seront employés pour la production de masse. En effet, une cadence inédite de 15 satellites produits chaque semaine devra être atteinte à terme afin de livrer les quelques 900 satellites dans les délais impartis. (Plus d’informations dans notre saga sur l’internet de l’espace)

 

Automobile

La course au véhicule autonome continue avec l’association du constructeur automobile Renault et du concessionnaire autoroutier Sanef. Cette coopération entre les deux groupes vise à faciliter le développement des communications entre véhicules et infrastructures afin de pouvoir bénéficier de trajets sans interruptions. De son côté, PSA n’est pas en reste puisqu’un premier test de franchissement autonome d’une barrière de péage en condition réelles est prévue en partenariat avec Vinci Autoroutes.

 

Naval

Suite à l’ultimatum lancé quelques jours plus tôt à l’italien Fincantieri, l’Etat français a décidé le 27 juillet de nationaliser les chantiers STX de Saint-Nazaire, de façon « temporaire ». En effet, la proposition de l’Etat français d’un partage 50 – 50 du capital de l’entreprise en replacement du contrat existant prévoyant une répartition entre l’Etat et deux investisseurs italiens (un tiers pour la France, 48% pour Fincantieri et 7% pour Fondazione CR) ayant été refusée, le droit de préemption a été utilisé.

 

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités*

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé de gestion des Clients et Prospects (CRM).

Le Responsable de traitement est la société weave, 37 rue du rocher 75008 Paris RCS Paris 802 396 085.

Elles sont destinées à l’activité marketing du groupe weave ainsi quà celle de ses filiales, à l’exclusion de tout transfert hors de l’UE. Elles sont conservées pour une durée conforme aux dispositions légales (par exemple 3 ans pour les données prospects).

Ce traitement nécessite votre consentement que vous pourrez retirer à tout moment sans que cela ne remette en cause sa licéité.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » et au règlement européen n°2016/679, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’effacement, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données ou de limitation du traitement. Vous pouvez également pour des raisons tenant à votre situation particulière, vous opposer au traitement de vos données et donner des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de vos données après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (www.cnil.fr).

Vous pouvez exercer vos droits en nous contactant à l’adresse vosdonnees@weave.eu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et des offres personnalisées, ainsi que des fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de cookies et notre charte des données personnelles