IA VS Intelligence Humaine Alexandre
Data driven

IA vs Intelligence Humaine : le match a-t-il commencé ?

23 mars 2018

Nous avons eu la chance d’interviewer récemment Laurent Alexandre dans nos locaux. Chirurgien, neurobiologiste, il est également le fondateur du site Doctissimo et l’auteur de la Guerre des Intelligences,  Intelligence Artificielle VS Intelligence Humaine. L’occasion d’aborder le sujet de l’Intelligence Artificielle et ses enjeux économiques et humains.

Laurent Alexandre - interview pour weave

La politique face à l’Intelligence Artificielle

Dans votre livre, vous dites « un bon parlementaire est un parlementaire qui comprend l’IA ». Quels sont selon vous les grands défis des politiques face à l’Intelligence Artificielle ?

Les politiques ont plusieurs défis face à l’Intelligence Artificielle (IA). D’abord comprendre que l’IA n’est pas de l’informatique traditionnelle.

Or aujourd’hui, les politiques confondent les algorithmes traditionnels et l’IA. Et donc ils ne comprennent pas l’importance des grandes bases de données pour fabriquer de l’IA. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils n’ont pas vu la montée en puissance des GAFA (Google / Apple / Facebook / Amazon) et des BATX (Baidu / Ali Baba / Tencent / Huawei).

Ils ont un deuxième défi : comprendre à quel point la structure de l’économie va être transformée et à quel point l’éducation et la formation auront du mal à courir suffisamment vite pour rendre les gens vraiment complémentaires de l’Intelligence Artificielle.

Par ailleurs, la structure de l’économie mondiale va être bouleversée par l’IA. Celle-ci va notamment beaucoup baisser le coût de l’intelligence sur Terre.

Cela entraînera une augmentation de la complexité des fonctions de production ainsi qu’une réorientation de nombreux flux. Et l’Europe n’est à ce titre pas si bien placée que cela.

Dernier point : les parlementaires français se rassurent beaucoup en se disant que nous avons de nombreux bons mathématiciens en France, mais ce ne n’est pas suffisant pour créer une IA. Ce qui est tout aussi important c’est la data. Et là encore, nous en manquons.

 

L’IA « no data »

En quoi ne peut-on pas investir sur l’IA « no data », qui n’a pas besoin de données pour apprendre ? On dit par exemple qu’AlphaGo Zero de Google, dans sa maîtrise du jeu de Go, a résolu un problème « no data ».

Alpha Go Zéro est un cas très marginal qui combine astucieusement plusieurs techniques d’IA.

Mais aujourd’hui l’Intelligence Artificielle est extrêmement dépendante du volume de données. On peut penser qu’à l’horizon de 2030 – 2035, on pourra avoir des Intelligences Artificielles faibles* qui ont besoin de moins de données pour être éduquées. Mais nous sommes à relativement long terme.

En réalité, 99% de l’univers de l’Intelligence Artificielle va rester data driven dans les 15 ans à venir. Et pendant ce temps-là, les règlements européens et nos CNIL ont limité l’émergence d’acteurs disposant de bases de données conséquentes en Europe.

Et nous en voyons le résultat : nous sommes aujourd’hui pris en sandwich entre les GAFA américains et les BATX chinois.

 

La frontière entre l’IA et l’Intelligence Humaine

Vous dites qu’un des prés carrés de l’Intelligence Humaine réside notamment dans l’intelligence transverse. Dans votre livre, vous donnez également trois pistes sur des notions qui pour vous constituent une frontière entre ce qui est humain et ce qui relève de l’IA : Corps, Esprit et Hasard. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Dans les décennies et les siècles qui viennent, il va y avoir une opposition entre les bio-conservateurs, les transhumanistes sages et les transhumanistes extrémistes, qu’on appelle également les post-humanistes.

Les post-humanistes envisagent que nous abandonnions notre corps pour transférer notre conscience dans des ordinateurs, ce que l’on appelle l’uploading. Ils veulent que nous fusionnions tous nos esprits pour former une espèce de grand cerveau planétaire ressemblant à la noosphère que le jésuite Teilhard de Chardin avait imaginé dans les années 40. Et puis ils veulent que nous ayons une maîtrise totale de notre futur, que nous supprimions le risque et le hasard, que nos enfants soient déterminés à la carte et qu’il n’y ait jamais aucune surprise. Que nos vies soient parfaitement prédictibles.

A titre personnel, je pense qu’abandonner nos corps pour devenir un pur esprit et abandonner toute forme de hasard rendraient nos vies inutiles.

Et donc je pense que nous devons nous battre pour maintenir un corps, vivant dans un monde avec quelques incertitudes. Même si l’incertitude à court terme est souvent désagréable.

 

L’Intelligence Artificielle est donc vaste champ d’exploration, dont les enjeux dépassent très largement la technologie. L’issue de cette confrontation entre l’Intelligence Humaine et l’Intelligence Artificielle peut-elle être dans la complémentarité ?  Si vous souhaitez poursuivre cette réflexion et mieux comprendre l’IA, vous pouvez télécharger notre Livre Blanc gratuitement sur ia2.weave.eu

 

Propos recueillis par Thibault Hache.

 

* intelligence artificielle non-sensible qui se concentre sur une tâche précise. L’IA faible est définie en contraste avec l’IA forte (une machine dotée de conscience, de sensibilité et d’esprit) – source : wikipedia.

L'Intelligence Artificielle,
au-delà des clichés

Livre blanc
Comprendre pour décider
Découvrez l'Intelligence Artificielle pour l'intégrer dès maintenant à vos enjeux stratégiques !
Téléchargez gratuitement

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé de gestion des Clients et Prospects (CRM).

Le Responsable de traitement est la société weave, 37 rue du rocher 75008 Paris RCS Paris 802 396 085.

Elles sont destinées à l’activité marketing du groupe weave ainsi quà celle de ses filiales, à l’exclusion de tout transfert hors de l’UE. Elles sont conservées pour une durée conforme aux dispositions légales (par exemple 3 ans pour les données prospects).

Ce traitement nécessite votre consentement que vous pourrez retirer à tout moment sans que cela ne remette en cause sa licéité.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » et au règlement européen n°2016/679, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’effacement, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données ou de limitation du traitement. Vous pouvez également pour des raisons tenant à votre situation particulière, vous opposer au traitement de vos données et donner des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de vos données après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (www.cnil.fr).

Vous pouvez exercer vos droits en nous contactant à l’adresse contact@weave.eu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et des offres personnalisées, ainsi que des fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de cookies et notre charte des données personnelles