Open Banking

L’Open Banking, une opportunité pour les banques

27 août 2018

Laurent Hellé, associé Banque, intervenait lors du Particeep Digital Tour en juin dernier, sur le thème cette année de l’Open Banking. Un évènement dont weave était partenaire. Retrouvez ici son interview à l’issue de l’évènement.

Quels sont les enjeux majeurs de l’Open Banking ?

Laurent Hellé (LH) : A mon sens, l’open banking doit faire face à 2 enjeux majeurs.

Trouver des relais de croissance

 

  • Le premier est un enjeu métier : les modèles de revenus des banques de détail sont relativement à bout de souffle, du fait notamment :
    de l’accélération des néobanques, qui prennent des parts de marché, bien que relativement faibles pour l’instant,
  • de la baisse des commissions interchanges et interbancaires,
  • de l’arrivée des opérateurs de paiement qui vont prendre des parts de marché dans ce domaine, avec l’entrée en vigueur de la directive européenne DSP2.

On le voit bien, nous ne sommes donc plus dans un modèle de résilience du PNB, mais dans une décroissance. Il convient donc de trouver de nouveaux relais de croissance. Et l’Open Banking peut y contribuer, en ouvrant la Banque à de nouvelles formes de partenariats et partenaires. Et ce selon deux approches distinctes : soit la banque met à disposition ses savoir-faire auprès de ses partenaires (Bank As A service), soit la banque s’appuie sur le savoir-faire de ses partenaires (Bank As A plateform) et le propose à ses clients.

Il s’agit donc d’accélérer ce mouvement vers de nouveaux partenaires, comme Monetize, Fizen, etc., pour proposer à leurs clients de nouveaux produits et services, en cohérence avec leur métier de base (crédit, investissement, épargne).

Ouvrir son système d’information

Le 2ème enjeu à mon sens est un enjeu technologique : l’open banking requiert en effet d’ouvrir son système d’information.
Et là, nous savons tous que les systèmes d’informations des banques historiques sont constitués d’un patrimoine applicatif très riche et très complexe. Celui-ci est certes bien urbanisé, mais avec des principes un peu datés (exemple : faiblement data centric).

Ces systèmes sont donc à adapter, car même si ces établissements ont déjà noué des partenariats historiques (avec des filiales et de grands groupes principalement financiers), il s’agissait de partenariats stratégiques avec une intégration forte. Peu en effet ont fait l’objet d’une intégration « légère » et proposant un parcours client fluide de bout en bout.

A cet égard l’APIsation est une réponse à cet enjeu technologique.

Pourquoi, selon vous, les Fintech ne deviennent-elles pas des licornes ?

LH : c’est vrai que c’est une des particularités de ce secteur, contrairement à ce que l’on peut voir dans d’autres secteurs industriels (ex : Critéo).

Qui dit Banque dit maîtrise des risques et Tiers de Confiance. Les banques ont toujours noué des partenariats technologiques, mais plutôt avec des grands noms type IBM.

La taille, la résilience financière, l’apport technologique pérenne et sécurisé, fait qu’une banque préfère faire confiance à de grandes entreprises.

Certes, les Fintech intéressent les banques, car elles sont un accélérateur d’innovation. Les banques essaient d’ailleurs de plus en plus de les accompagner dans l’amorçage, la croissance, puis le passage à une phase industrielle.

Néanmoins, on constate que la plupart des Fintech sont bloquées à la phase du prototype et qu’une fois la preuve de fonctionnement faite, elles sont en général rachetées par les banques.

Aujourd’hui, 90% des capitaux des Fintech appartiennent en effet aux banques. Donc pour passer d’un modèle d’acquisition-absorption à un modèle de partenariat et d’un modèle Fintech à un modèle « Licornes », il faudrait que les patrons de Fintech aient une vision industrielle (à 15/20 ans plutôt que 3 ans…). Il faudrait également que les banques accompagnent les Fintech non seulement sur des prototypes ou des prises de capitaux, mais également via des partenariats stratégiques dans la durée (ex : Nickel & BNP Paribas).

Tant que l’ensemble de cet écosystème (Fintech, partenaires, business angels, incubateurs) ne se mettra pas d’accord sur un projet industriel, avec peut-être l’impulsion de l’Etat via son comité numérique, nous ne verrons pas de Fintech devenir des licornes.

Propose recueillis par Thibault Hache

 

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités*

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé de gestion des Clients et Prospects (CRM).

Le Responsable de traitement est la société weave, 37 rue du rocher 75008 Paris RCS Paris 802 396 085.

Elles sont destinées à l’activité marketing du groupe weave ainsi quà celle de ses filiales, à l’exclusion de tout transfert hors de l’UE. Elles sont conservées pour une durée conforme aux dispositions légales (par exemple 3 ans pour les données prospects).

Ce traitement nécessite votre consentement que vous pourrez retirer à tout moment sans que cela ne remette en cause sa licéité.

Conformément à la loi « Informatique et Libertés » et au règlement européen n°2016/679, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’effacement, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données ou de limitation du traitement. Vous pouvez également pour des raisons tenant à votre situation particulière, vous opposer au traitement de vos données et donner des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de vos données après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (www.cnil.fr).

Vous pouvez exercer vos droits en nous contactant à l’adresse vosdonnees@weave.eu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des contenus et des offres personnalisées, ainsi que des fonctionnalités de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de cookies et notre charte des données personnelles